Pupa - Anime (2013)

Anime de Tomomi Miyashita, Tomomi Mochizuki et Sayaka Mogi Animation, fantastique, Épouvante-horreur 1 saison (terminée) Tokyo MX 4 min 21 décembre 2013

Nous suivons l’histoire d’un garçon, Utsutsu Hasegawa et de sa sœur, Yume Hasegawa. Un jour, Yume rencontre un mystérieux papillon rouge. Suite à cette rencontre, elle se métamorphose en une créature qui dévore les humains. Utsutsu va donc chercher un moyen pour guérir sa petite sœur.

  • Catégories: Serie
  • 786
    275

  • télécharger des torrents
Pupa - Anime (2013)

Pupa - Anime (2013) torrent

SERV-1
CINEMA
Critiques : avis d'internautes

Bon. Que le visuel de l'opening ressemble à mon diaporama pour mon rapport de stage de 3e sur lequel j'aurais ajouté des dessins glauques dessinés par mon ami Sasuke pour me donner un genre, que l'animation donne l'impression qu'elle a été fait dans un hangar par deux stagiaires du Studio Pierrot, qu'absolument aucune scène n'ait de sens ou ne soit raccordée avec la précédente, qu'il n'y ait aucun développement de personnage et que ceux-ci soient niais et totalement insupportables, que tous les enjeux ne soient pas crédibles par l'absurdité de la situation et de l’interprétation, que la relation consanguine de ces enfants soit totalement malsaine et gênante, ça me ferait dire que c'est le pire anime que j'ai vu. Rien n'a de cohérence, la fille se transforme en monstre après s'être fait aspirée la gueule par un chien qui avait une rage visiblement sévère, la transformation dure 2 secondes, son frère a juste le temps de parler à une dame dont la situation fait visiblement marrer et qui paraît très louche car elle a un chat et qu'elle semble sombre et ténébreuse, suite à ça elle ne servira à rien, elle est là pour être là. Puis la fille tue des gens car elle est énervée et se transforme occasionnellement en monstre car le virus n'a aucune logique: les gens qu'elle mange meurent mais pas son frère qui devient carrément immortel, les personnages passent d'un endroit à un autre sans fil conducteur, on les voit en nounours des fois, on ne sait pas pourquoi et on le saura surement jamais.

Si en fait dans le dernier épisode, qui n'apporte rien à l'histoire, on les voit avec un nounours déchiré tenter de gagner un autre nounours, mais il y arrivent pas et par le pouvoir de l'amour fraternel et dans le futur consanguin, ils acceptent de gagner de la merde. Épisode bouleversant qui marque nos personnages à jamais? Non, c'est juste une scène random qui n'a aucunement sa place et qui n'explique rien.

Et ce machin a été fait par trois mecs qui visiblement été plus occupés à penser aux potentiels ships et hentais que les gens feront par la suite plutôt que de faire quelque chose de correct. L'envie d'arrêter de regarder me prenait à chaque fin d'épisode, mais un certain plaisir masochiste prenait le dessus.

Après tout ce massacre, je me suis remémoré tous ces moments passés devant Dragon Ball, One Piece, L'attaque des titans, GTO, Death Note, Boku No Pico etc..., même les moins bons n'allaient pas aussi loin dans la connerie. Et si tout ça était fait exprès pour prouver un truc? Prouver que l'animation japonaise peut aussi faire de l'expérimental et transcender ses standards, en commençant par exemple par réduire les épisodes à un format de 4 minutes.

Pupa est probablement le nom d'un Comedy Club fauché, s'essayant à d'autres styles de sketchs, par le biais de l'animation ils nous ont donc sortis ces 12 sketchs, une explication au ni queue ni tête des épisodes, et toute cette comédie est parfaitement réussie au final. Les scènes où l'Oni-Chan se fait bouffer sont d'une finesse absolue, métaphore de l'acte sexuel incestueux, perpétué anciennement dans de nombreuses familles, une sorte de façon de se remémorer l'histoire, mais pas seulement celle du Japon, celle de l'humanité, car au final Pupa est une oeuvre très humaniste, que ce soit dans un lit ou dans les chiottes on a l'impression que sa sœur lui débroussaille l'anus, montrant le respect des coutumes ancestrales et la complicité familiale partout dans le monde. Et quand elle dévore son frère sur son lit ça dure un épisode entier, un épisode dédiée à la comédie noire, qui dans le fond se montre très riche de sens. Dans chaque épisode le genre de comédie varie, ça passe de la comédie absurde de l'épisode 1 avec notamment la scène du chien qui saute sur la fille et la contamine, sa tête explose pour laisser jaillir des litres de... truc bizarre, on se croirait dans Tokyo Ghoul (pareil quand des trucs lui sortent du dos dans l'épisode 10) mais c'est sorti avant, on peut donc en déduire que son apport à l'animation japonaise est gigantesque. L'épisode 2 est plutôt dans le comique de situation, l'épisode 3 comédie romantique/érotique, l'épisode 4 comique de dialogue etc... Ça change à chaque fois de registre et c'est tout bonnement grandiose: mon étonnement et ma fascination ne faisaient qu'augmenter au fil de l'anime. Le tout aborde donc des thèmes profonds en ajoutant tout le temps une touche comique. Un chef d’œuvre!

Droits d'auteur © 2020. Regardez des films et des séries en ligne sur https://thestudioexperience.fr

2020