PREPARATION MIX

Nous ne le dirons jamais assez : un bon mix commence toujours par une très bonne préparation des pistes à mixer. Sous réserve que ces dernières soient de bonne qualité.
Cette préparation vous permettra de faire un mixage de bonne qualité, rapidement et efficacement. Le temps restant vous permettra de le passer à produire le titre et donc d’obtenir un résultat professionnel.

Mixing Notes

Que veut le groupe? Quels sont les points forts et les points faibles du mix? Renforts de samples sur la batterie? Reamping? Tuning des voix?
Autant de questions qu’il faut se poser avant même d’ouvrir le moindre Eq.
Tout ce que vous allez constater lors de cette phase de préparation vous devez le noter. C’est votre chemin de fer, votre repère.
En effet il arrive trop souvent de se précipiter dans le mix sans avoir de vision d’ensemble. De se concentrer sur un élément alors qu’il aurait été plus aisé de partir de la totalité du mixage pour arriver à sa particularité (top down mixing)
Grâce à ces notes vous saurez quelles sont les décisions à prendre pour amener le mix là où vous le souhaitez. Vous n’aurez alors aucun doute, vos choix seront les bons et vous gagnerez du temps et de l’énergie. Quoi de pire que de passer 2h sur une caisse claire?

Nettoyez les pistes

Les pistes Toms, les silences des guitares, de la basse ou encore les passages sans chant mais qui peuvent avoir des bruits parasites (respiration, backtrack….).  préparez vos pistes pour qu’elles soient les plus parfaites possible.
Un mixage n’est absolument pas là pour régler des problèmes de calages, d’édition ou d’enregistrement. C’est l’étape durant laquelle les éléments fournis sont mélangés pour donner naissance à un bloc cohérent et équilibré. Lorsque vous démarrez un mixage vous devez être sûrs que toutes vos pistes sont prêtes.

Routing / Organisation

Prenez le temps de faire un routing clair et avec lequel vous êtes à l’aise. Vous irez d’autant plus vite et serez beaucoup plus efficaces si la lecture de votre fenêtre de mix est simple. Organisez les pistes par instrument.
Mettez des couleurs pour identifier les pistes batterie, les guitares, le chant etc.
Ayez une logique empirique des choses. Comment organiser mes pistes pour que tout soit fluide et logique. Afin de vous aider nous vous conseillons de vous mettre à la place d’un autre ingé son qui va ouvrir votre session. Il doit comprendre rapidement la logique de votre session mix.

Gain staging / Mise à plat

Très important. Faites en sorte d’avoir suffisamment de headroom sur vos pistes. Enlevez ou ajoutez du gain sur vos pistes afin d’avoir un niveau de -18db sur chacune de vos pistes. Ceci vous permettra de pouvoir les traiter avec vos Eqs et compresseurs favoris sans être déjà collés au 0db ! De plus il est important de comprendre que plus vous aurez de “place” plus votre mix pourra être dynamique. Et plus vous aurez un mixage dynamique plus il paraîtra fort sans devoir utiliser un limiter en fin de course.
Une fois que vous avez fait votre gain staging faites une mise à plat de votre mix. Volume des faders. paning, quelques eq pour y voir plus clair et c’est tout.
A ce stade l’identité sonore de votre mixage doit commencer à se dessiner. Vous devez être capables d’entendre chaque élément distinctement. Si tel est le cas vous pouvez commencer votre prémix.

Prémix

Le prémix sert à approcher le mixage. Définir un peu plus les éléments, ajouter reverb et delay, parfaire les sons de chaque éléments, ajouter compression parallèle et autre saturation de bus.
Ici on cherche à obtenir une couleur, une identité souhaitée par le groupe ou par vous-même.
Nous allons également commencer à référencer notre mixage afin de savoir si nos choix ont été les bons.
En effet si nous nous apercevons que le mixage ne va pas dans le sens d’une production choisie il sera toujours temps de l’ajuster durant l’étape de prémix.
Note : nous vous conseillons de toujours vous munir d’une production de référence. Non pas pour la copier mais bien pour vous en servir comme support et fil conducteur. Même les plus grands producteurs comparent leurs mixages à d’autres !
Votre prémix va dans le sens souhaité? Passons au mixage !

Le Mix !

Nous voici arriver à l’étape du mixage. Vous allez dire “mais avec tout ce qu’on a fait avant que reste-t-il à faire?”
Le mixage est là pour ajouter encore plus d’éléments pour approcher le résultat final souhaité.
Selon nous un mixage doit sonner comme un mastering mais en moins fort.
Nous allons donc chercher à grossir la batterie et la basse, élargir les guitares et donner plus d’ampleur à la voix. Différentes étapes sont donc à franchir pour pouvoir atteindre ce résultat.

Le mix DOIT sonner aussi bien avec ou sans mastering.
En effet le mastering n’est absolument pas là pour changer le mix ou régler des soucis. Une basse pas assez présente, des guitares trop agressives, une voix qui manque de traitement… Tout ceci n’est en aucun cas gérable au mastering.

Le mastering dépend entièrement de la qualité du mixage qui dépend entièrement de la qualité des prises qui dépend entièrement de la qualité des musiciens.

Votre mix doit sortir à un niveau de -6db PEAK au plus fort. Si ça n’est pas le cas il faudra le reprendre.
Encore une fois, plus vous aurez de Headroom plus vous aurez de place pour traiter votre mix au moment du mastering.

Le mix est terminé? Parfait passons à la production du titre

Production

Ce qui va faire la différence entre un bon mix et un excellent mix est souvent les propositions de production.
Des effets sur la voix, des choix de traitements de guitares, des automations de volumes ou d’effet etc… Autant de choses que vous seul déciderez. Un groupe ou un artiste peut tout à fait avoir une vision claire de ce qu’il souhaite et vous en faire part. Votre rôle, en tant qu’ingé son, est d’y parvenir. Mais là où vous allez vous démarquer c’est sur vos propositions de productions.

Un titre qui commence sur un appel de guitare? Pourquoi ne pas mettre un effet radio sur cette dernière avant l’entrée pour donner plus d’impact?
Un refrain qui est très catchy? Faisons une automation de volume sur la totalité du mix pour lui donner plus d’ampleur !
Autant de choses à faire !

C’est ça produire un titre. Ne pas s’arrêter sur le mix, même s’il sonne très bien. Toujours se dire “qu’est-ce que je peux rajouter pour faire de ce titre super un morceau imparable?”

Conclusion : un mixage n’est pas quelque chose de simple et de rapide. C’est une étape qui demande beaucoup de rigueur et de prise de recul sur son propre travail. Le temps est un facteur important. Plus vous aurez de temps plus vous arrivez à un mixage définitif de très bonne qualité. Mais gardez bien à l’esprit que ce temps doit être alloué à parfaire le titre et pas à régler des soucis.

Soyez donc très vigilants sur la qualité des pistes avec lesquelles vous travaillez !

Enjoy !

Si vous voulez comprendre comment mettre en pratique cet article nous vous invitons à vous munir du tutoriel de mixage effectué sur le titre de LOUDBLAST “Cross The Threshold” !

Et n’oubliez pas la formation studio des 25-26 et 27 Janvier 2019 en compagnie de DAGOBA