JULIEN [ BENIGHTED ]

BENIGHTED est connu pour leur brutalité implacable. Et pourtant le groupe est composé de musiciens disponibles et d’une gentillesse à toute épreuve. Après leur participation à la 3ème édition de THE STUDIO EXPERIENCE, où le groupe y a enregistré et produit un nouveau titre, Julien (chant) répond à quelques questions posées par notre équipe !

1- Salut Julien ! C’était vraiment une édition à part pour nous. Déjà parce qu’il y a une histoire de copain derrière tout ça mais aussi parce que c’était la première fois que nous accueillions un groupe de Grind/Death. Style à part dans la technique de production metal.
Peux-tu nous dire comment tu as vécu cette expérience ?

Salut ! Oui, c’était une grande première et ça a été une super expérience pour nous ! Le concept est super novateur et nous a tout de suite branchés quand TSE nous l’a proposé ! On a pour habitude d’enregistrer au Kohlekeller Studio en Allemagne depuis des années avec Benighted et changer un peu nos habitudes et découvrir une autre façon de travailler ne pouvait être qu’enrichissante. Bien sûr, le fait que je connaisse HK depuis de nombreuses années maintenant a beaucoup facilité les choses et tout s’est déroulé dans une super bonne ambiance, et je crois que cette ambiance a beaucoup favorisé l’échange riche qu’il y a eu entre les participants, HK et nous sur ce qu’était un enregistrement studio. De façon plus personnelle, je me suis beaucoup amusé aux prises chant et j’en garde vraiment un super souvenir !

2- BENIGHTED joue à des niveaux très élevés. On a pu voir l’aisance assez déconcertante avec laquelle Kevin Paradis (batterie) a enregistré le titre inédit. Vous n’avez jamais pensé à lever le pied ?

Avoir Kévin à nos côtés est un atout extraordinaire pour expérimenter tout ce qu’on aime dans la brutalité, le groove, la vitesse et même d’autres styles musicaux. C’est une telle machine et il travaille tellement son instrument qu’il repousse sans cesse ses propres limites ! C’est sûr que le voir en studio enregistrer un titre tel que « The Rope » qui est si intense et demande beaucoup d’endurance mais aussi de feeling, est impressionnant ! Si on se rend compte parfois en concert que pour des groupes extrêmes, il y a surement eu « un petit coup de pouce » au moment de l’editing des parties batterie, les gens présents ont pu voir que c’est un monstre derrière les fûts et qu’il fait du « one shot » pour ses prises. Pour moi, c’est de loin le meilleur batteur d’extrême hexagonal de nos jours.

3- En parlant de pied. Pourquoi les pieds nus sur scène ?

Ah ah ! C’est une sorte d’habitude que j’ai prise, d’une part parce que je me sens beaucoup plus animal comme ça et que ça m’aide à donner encore plus sur scène, et d’autre part parce que je sens les vibrations de la grosse caisse sous mes pieds et j’adore ça !

4- BENIGHTED n’est pas un groupe professionnel dans le sens où vous ne gagnez pas votre vie avec l’activité du groupe. Pourquoi ce choix et surtout comment gérez-vous le quotidien pour vous libérez du temps et partir en tournée ?

Oui, Benighted n’a jamais eu vocation à devenir notre gagne-pain depuis qu’on l’a monté en 1998 avec Olivier. Cela nous a toujours aidé à garder notre intégrité et le fait que Benighted reste une passion, avec des membres motivés pour faire avancer le groupe et pas rester juste pour toucher un chèque en fin de concert. Le prix de ce choix c’est le temps bien sûr car Benighted est très chronophage et demande énormément de temps personnel, si bien que presque toutes nos vacances passent dans les concerts ! Mais on ne va pas se plaindre, on a une chance extraordinaire de vivre ce qu’on vit !

5- Il y a un certain engouement autour du groupe depuis Asylum Cave. Les concerts s’enchaînent, les propositions aussi. Penses-tu que BENIGHTED a trouvé son rythme de croisière ? Le line-up joue-t-il dans tout ça ?

« Asylum Cave » est un album qui nous a fait prendre une vraie envergure internationale, de pair avec la signature chez Season of Mist qui a représenté un grand pas dans la carrière du groupe. C’est également à cette période qu’on a beaucoup travaillé sur le professionnalisme avec lequel on voulait gérer les choses, que ce soit pour le live, les enregistrements studio et la gestion quotidienne du groupe.

6- Chez TSE nous avons la sensation que l’image de la France dans le milieu metal « on est à la bourre et on ne sait pas en faire » est en train de complètement disparaître. Entre Gojira, le Hellfest, TwoNotes (et beaucoup d’autres exemples !), on dirait que la « French rock touch » trouve enfin sa place dans la scène internationale. Quel est ton sentiment là-dessus toi qui tourne beaucoup à l’étranger ?

Je suis complètement d’accord ! Grâce à des groupes comme Gojira, on a eu une vraie crédibilité à l’extérieur ! Les groupes en France ont malheureusement beaucoup souffert à une époque de la réputation de ne faire que « suivre » les gros groupes qui marchent qu’ils soient américains ou scandinaves… Mais ça fait maintenant un bon moment que les groupes français proposent une musique personnelle, avec une vraie identité ! Pour ma part, quand je tourne à l’étranger, je ne constate plus du tout ce côté « ah bon ? Vous êtes français ? Y a des bons groupes en France ? ». Ah ah !

7- Plutôt plancha ou barbecue ?

Les deux tant qu’il y a de la viande à mettre dessus, mon capitaine !

8- 20 ans que BENIGHTED est en place. Une bien belle carrière menée avec bonne humeur et détermination. Mais si c’était à refaire ?

Je ne changerais absolument rien… je suis très fier du chemin parcouru, de toutes les aventures fortes que j’ai pu vivre avec mes camarades, à quelque période que ce soit et malgré toutes les difficultés que peut rencontrer un groupe. Je suis également très fier de ne jamais avoir suivi les modes, que Benighted ait eu son identité propre et suivi sa propre évolution sans se laisser corrompre et en restant fidèle et respectueux envers nos fans. Notre état d’esprit n’a jamais changé et on est toujours heureux de tous les moments qu’on passe avec les gens venus nous voir sur et en dehors de scène, et tous les groupes géniaux avec qui on a pu partager l’affiche. On a toujours donné tout ce qu’on avait dans les tripes, avec notre énergie du moment, et en s’éclatant à fond ! Donc, non, je ne changerais rien.

9- Que penses-tu de la formule proposée par TSE ? Une formation pro en studio avec un groupe confirmé ?

Je trouve ça très intéressant tant pour les gens qui viennent se former au métier du son que pour ceux qui viennent juste voir leur groupe préféré enregistrer en conditions réelles. C’était également une expérience forte pour le groupe car enregistrer devant du monde n’est pas chose aisée pour tous et sortir de sa zone de confort est toujours un super outil pour avancer et progresser.

10- Le mot de la fin est pour toi ! Encore une immense merci pour votre participation et à bientôt !

Un énorme merci à HK pour la confiance qu’il nous a témoigné en nous faisant venir à TSE, merci bien sûr à tous ceux qui sont venus assister à cet enregistrent, au Batiskaf et bien sûr à toutes les personnes autour, technique, photos, vidéos qui ont été adorables et qu’on a hâte de recroiser sur la route ! Bonne continuation dans ce super projet !